← Retour page précédante.

Au bord du rivage.


Sur la plage de galets... au loin...
Les vagues se heurtent entre elles...
Certaines viennent mourir à point
Au pied des falaises grandes et belles...

Une écume. Quelques algues...
D'émeraudes ou d'ébènes, déposées.
Des rires de demoiselles ailées
Tapisse le tableau où tout divague...

Petites pierres polies dansent sur place
Par la force d'un cristal parfumé d'iode
En fin de journée, le soleil en perd sa face.
Mille étoiles frôlent l'horizon peu commode.

Tous ces grains d'or et de lumière
N'est reflet qu'un triste cimetière
Où les coquilles vides se tassent,
S'émiettent se dispersent, s'entassent...

Du sable... même sous les galets
Aussi discrets.


  Exprimez-vous... postez votre commentaire....    

Nom / Pseudo :
Votre mail (invisible sur le site) :
Site web / Blog :
Commentaire :
Relisez, puis validez....