← Retour page précédante.

Paysage spectrale.

Dame à l'ombrelle, Jeanne fuyait le bonheur
Par son innocence et sa prestance au vent chasseur.

Le Penseur de Rodin image ma stature
Quand, dans ma solitude, je pense sur la structure.

Le reflet du miroir me renvoie dans la Joconde
Où le lointain reflète les nuances fécondes.

Dans mes pupilles, la profondeur cache la Prophétesse
Sous les airs d'Anne, de Rembrandt, lisant sans cesse.

Telle une flèche, mes pas filent vers la mélancolie.
Profileuse dans ma propre chimère, je m'oublie.

De tout personnage, le meilleur demeure l'inconnue.
La recherche voile la paresse qui se met à nue.

Quand mon heure viendra, ma tombe : une cathédrale de mots.
Se contenter de peu, c'est déjà beaucoup … malgré les maux.


  Exprimez-vous... postez votre commentaire....    

Nom / Pseudo :
Votre mail (invisible sur le site) :
Site web / Blog :
Commentaire :
Relisez, puis validez....